En cliquant sur "Accepter", vous acceptez le stockage de cookies sur votre appareil pour améliorer la navigation sur le site, analyser l'utilisation du site et contribuer à nos efforts de marketing. Consultez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.

Tour d'horizon des métiers dans la blockchain

Virgile Heuraux
9/10/2023
5 min

Ce n’est pas vraiment un secret, le secteur de la blockchain observe un véritable engouement vis-à-vis de l’emploi. En 2020, la blockchain était déjà en tête des compétences les plus demandées dans le catalogue de compétences de LinkedIn, alors que c’était son année d’introduction. Il existe des dizaines de projets qui recrutent à tour de bras, et même des sociétés bien implantées qui commencent à recruter pour des cellules spécialisées dans ce domaine.

Cependant, dès qu’il faut détailler l’analyse comme les corps de métiers concernés ou les postes les plus demandés dans la blockchain, c’est beaucoup plus difficile de trouver des données représentatives, et d’obtenir une vue d’ensemble sur l’écosystème.

Heureusement, le CFTE (Centre for Finance, Technology and Entrepreneurship) a publié cette année un rapport faisant état du marché de l’emploi global relatif à la blockchain. Et dans le cadre de cette édition, voici une synthèse de ce qu’il faut retenir sur les métiers de la blockchain:

L’ensemble des métiers de la blockchain

Sur le schéma ci-dessous, vous pouvez trouver 3 grandes familles de métiers qui peuvent se décomposer en 14 catégories différentes. Ces dernières regroupent tous les postes trouvables à l’heure actuelle dans ce secteur, dont voici une présentation succincte :

La partie générique constitue tous les métiers trouvés dans la plupart des sociétés :

  • Département financier, qui s’occupe de traiter les documents financiers ou comptables de l’entreprise)
  • Ressources Humaines (chargé de recrutement, formateur, chasseur de tête…)
  • Légal, composé essentiellement de chefs de service juridique chargé de faire respecter les normes en vigueur pour sa société
  • Le Support client, qui consiste à apporter l'aide et les informations dont ont besoin les clients afin d'augmenter le taux de satisfaction général.

Cette grande famille de métiers est globalement en retrait comparée aux deux autres. D’une part car ce sont essentiellement des projets à taille réduite qui recrutent, et d’autre part car certains secteurs comme la finance décentralisée optent pour la DAO (Organisation autonome décentralisée) afin de gérer la vie interne du projet.

Toutefois, elle se révèle indispensable lorsqu’on arrive à l’échelle d’une société. Pour ne citer que des entreprises françaises, c’est le cas pour Ledger ou Just Mining qui ont des postes dans les quatre familles de métier citées précédemment.

La partie technologique constitue le “coeur” de la blockchain. C’est la partie qui regroupe le plus de métiers, à un tel point qu’elle peut être divisée en 2 catégories :

En premier lieu, on a les métiers propres aux développeurs :

  • Ingéniérie, c’est-à-dire créer des smarts contracts, créer le front-end, assurer la sécurité, etc…
  • Informatique et Opérations, qui est responsable des opérations quotidiennes de l'entreprise et assurer une bonne exécution des tâches
  • Science des données, pour générer des informations utiles à la croissance de l'entreprise. 
  • Le Product Management, qui est responsable de la gestion et de l'évolution des prototypes en produits finaux.

En second lieu, on a les métiers propres au marketing du projet :

  • Les Designers, qui travaillent de concert avec les Product Managers pour concevoir la version finale d’un produit
  • Marketing et communication. Même si le Web3 apporte son lot de changement dans les règles du jeu, il est indispensable pour un projet d’avoir un bon marketing pour réussir.
  • Développement commercial, avec les business developers dont le rôle est d’assurer que les entreprises Blockchain puissent répondre au marché et rester compétitives.
  • Partenariats, que ce soit à des fins de marketing, de vente ou de stratégie, les partenariats sont une source de croissance que les entreprises peuvent exploiter avec des Partnership Managers.

Et enfin, la partie finance qui concerne les métiers spécifiques aux services financiers :

  • Risque et conformité, l'équipe chargée des risques et de la conformité veille à ce que les équipes techniques telles que les ingénieurs développent des produits et services conformes aux lois en vigueur.
  • Métiers relatifs à la finance. La blockchain réinvente certains métiers de la finance traditionnelle, comme les DeFi strategists dont le rôle est d’identifier et de saisir les opportunités de la finance décentralisée, ou les analystes on-chain qui identifient les transactions malveillantes.

L’ensemble des métiers concernés par la blockchain ressemble énormément à ce qu’on pourrait trouver dans les entreprises de Fintech, et dans les entreprises technologiques en général. Ce constat est d’autant plus vérifiable lorsqu’on regarde la répartition des métiers sur le graphique ci-dessous :

87% des métiers en activité dans la blockchain sont similaires aux postes trouvables dans la technologie de la finance, dont 60% consacrés aux métiers techniques. Ce qui en fait un secteur encore plus concentré sur la technologie que la finance elle-même. Mais on peut aussi constater que le Marketing et la communication est la deuxième plus grande famille de métier de la blockchain après l'ingénierie.

Quels sont les métiers les plus importants ?

Dans le rapport du CFTE, un sondage a été réalisé sur différentes entreprises de la blockchain pour connaître quels sont les métiers les plus importants, et voici les résultats :

Sans surprise, ce sont les rôles technologiques qui sont le plus souvent placés au sommet de la hiérarchie, avec une grande majorité d’ingénieurs pour tous les aspects techniques d’un projet blockchain.

Toutefois, on peut noter la présence de plusieurs rôles non-tech estimés comme les plus importants. A commencer par les Growth Marketers dont le rôle consiste à booster la croissance d’une startup de manière significative et rapide. Ensuite les Data analysts chargés de regrouper et traiter toutes les données d’un projet, et pour finir les agents de conformité qui auront fort à faire avec les régulations à venir.

Quels sont les profils les plus difficiles à recruter ?

Même si un métier est considéré comme très important dans la blockchain, il n’est pas forcément difficile de recruter un bon profil pour ça. Mais il existe aussi des métiers d’une importance moindre pour lesquels on trouve très peu de monde : 

Et il est surprenant de voir que le rôle de Business Developper, malgré la présence du métier à travers le monde, est considéré à l’unanimité comme le profil le plus difficile à recruter, loin devant les rôles d’ingénieur.

Un résultat surprenant, mais pas vraiment étonnant tant la blockchain est un environnement à part entière. Le Web3 impose une façon totalement différente de communiquer, de négocier et de mettre en place des stratégies commerciales à court et long terme que la grande majorité des Business Developers ne maîtrisent pas encore. Un Business Developer familier avec la blockchain peut avoir d’énormes opportunités professionnelles.

Les compétences les plus demandées par les entreprises

Avoir les compétences nécessaires pour exercer une profession dans la blockchain est essentiel. mais ce sont aussi vos qualités humaines qui peuvent créer des opportunités professionnelles, et le rapport fait un état des lieux sur ces dernières :

Ce qu’il faut retenir de ce sondage, c’est que l’environnement professionnel de la blockchain s’articule autour de l’entrepreneuriat. Par conséquent, il est nécessaire d’avoir des qualités d’entrepreneur comme la communication, la proactivité, ou la gestion du temps.

Mais s’il n’y a que 2 qualités à retenir peu importe le métier, c’est la communication et les capacités d’adaptation.

La plupart des projets blockchain ont une hiérarchie beaucoup plus horizontale qu’une entreprise traditionnelle, et sont beaucoup plus proches de leurs clients/utilisateurs. Les collaborations sont donc nombreuses et les discussions avec la communauté sont fréquentes, ce qui fait que la communication et le travail d’équipe sont primordiaux pour évoluer dans la blockchain.

De plus, la blockchain est un environnement différent où tout va très vite. Les méthodes de travail sont différentes, et il est impératif de maintenir à jour ses connaissances tout en gardant la disponibilité nécessaire pour avancer sur une tâche. C’est un milieu imprévisible dans lequel il est nécessaire de s’adapter vite et bien pour rester compétitif. 

S'inscrire à la newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine les derniers articles du blog.

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Blog

Voir d'autres articles qui peuvent également vous intéresser

Restez informé de l'actualité blockchain

Ressource
5 min de lecture

Élection, vote et blockchain

Le texte suggère d'opter pour le vote numérique sur la blockchain pour moderniser le système électoral malgré des défis de conformité, adoption et choix d'infrastructure.
Ressource
4 min de lecture

L'intelligence artificielle open source avec Hugging Face

Dans le secteur de l’intelligence artificielle, il existe les modèles dits “propriétaires” qui appartiennent à une entreprise. Par exemple, GPT-4 appartient à OpenAI, Claude 2.1 appartient à Anthropic
Ressource
5 min de lecture

Auditer les tokenomics d'un protocole

La blockchain révolutionne la façon dont les transactions sont effectuées, et on peut y construire des protocoles conçus pour fonctionner de façon autonome, résiliente et transparente.