// Step 4 continued: This snippet installs Google Tag Manager
En cliquant sur "Accepter", vous acceptez le stockage de cookies sur votre appareil pour améliorer la navigation sur le site, analyser l'utilisation du site et contribuer à nos efforts de marketing. Consultez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.

Halving : le défi des mineurs de Bitcoin

Virgile Heuraux
14/3/2024
3 min de lecture

À chaque fois qu’on aborde le sujet du halving, il est systématiquement associé à une hausse du prix du Bitcoin. Du moins, c’est ce que suggère l’évolution du prix du BTC suite aux halvings précédents.

Mais ce ne sera pas le sujet de cette semaine. En effet, le halving implique surtout que la création de nouveaux BTC est réduite de moitié, et vu qu’ils représentent la grande majorité des revenus des mineurs, on pourrait se demander si Bitcoin pourrait persister une fois que les 21 millions de BTC seront émis.

Pour l’édition de cette semaine, nous allons voir en quoi consiste les halvings et leurs implications sur l’industrie du minage. Il y a des arguments pour l’autosuffisance de Bitcoin, et des arguments contre. C’est l’heure de faire le point :

Le halving, c'est quoi ?

Le halving est l’événement au cours duquel la création de nouveaux BTC est réduite de moitié. Afin de saisir l’intérêt du halving, il faut d’abord connaître comment fonctionne l’émission monétaire de Bitcoin :

Bitcoin a été programmé pour que l’offre totale de BTC soit plafonnée à 21 millions, et pas un de plus. Cependant, ils n’ont pas encore été totalement émis. En réalité, les 21 millions de BTC sont émis progressivement, selon le graphique ci-dessous :

NL73Halving

Lorsque le pseudonyme Satoshi Nakamoto a lancé la blockchain Bitcoin, la récompense pour avoir miné le tout premier bloc de Bitcoin (aussi appelé “Genesis Block”) était de 50 BTC.

Pour respecter la limite des 21 millions de BTC, il fallait réduire la création monétaire. Il a donc été décidé au lancement de Bitcoin que tous les 210 000 blocs minés, cette création monétaire allait être réduite de moitié.

En supposant qu’un bloc est miné toutes les 10 minutes en moyenne, 210 000 blocs représentent environ 4 ans :

  • Genesis (2008): 50 BTC/bloc
  • Bloc 210 000 (2012) : 25 BTC/bloc
  • Bloc 420 000 (2016) : 12.5 BTC/bloc
  • Bloc 630 000 (2020) : 6.25 BTC/bloc
  • Bloc 840 000 (2024) : 3.125 BTC/bloc

Mathématiquement, c’est cette division par deux tous les 210 000 blocs qui va permettre à la masse monétaire de Bitcoin de converger vers ces fameux 21 millions, et on estime que cette limite sera atteinte pour l’année 2140.

En attendant, à l’heure où cette Newsletter est envoyée, il y a environ 19 652 918,75 BTC en circulation.


On constate néanmoins que la création monétaire de BTC était très élevée au début, pour finalement devenir négligeable au bout de quelques décennies. Et ce sera Satoshi lui-même qui se justifiera sur ce choix :

NL73Satoshi

« Dans quelques décennies, lorsque la récompense deviendra trop faible, les frais de transactions deviendront la principale compensation pour les nœuds. Je suis sûr que dans 20 ans, il y aura soit un très gros volume de transactions, soit aucun volume »

En d’autres termes, Satoshi a fait un pari pour les 20 prochaines années :

  • Soit il y aura une communauté d’utilisateurs assez importante. Ainsi, les frais de réseau deviendront la source de revenus principale des mineurs et Bitcoin deviendra complètement autonome.
  • Soit il n’y aura pas assez d’utilisateurs, et le minage coûtera tellement cher que l’écrasante majorité des mineurs débrancheront leurs machines. Ce faisant, Bitcoin perdra son aura de “blockchain la plus sécurisée” et sera laissé à l’abandon.
NL73Fees

14 ans après le post de Satoshi Nakamoto, on estime que les frais prélevés pour payer les transactions sur Bitcoin représentent environ 6% des revenus des mineurs, les 94% restants provenant de la création monétaire de BTC.

D’une certaine façon, le halving représente l’épreuve à surmonter pour que le réseau Bitcoin devienne autosuffisant.

Bitcoin est-il devenu autosuffisant ?

Estimations

Pour que le réseau subsiste, les mineurs de Bitcoin doivent être rentables, ce qui signifie que le prix à payer pour miner un BTC doit être inférieur à son prix sur le marché. Mais avec les halvings, est-ce que ça continuera de l’être ?

Pour avoir un ordre d’idée, on va admettre 3 hypothèses :

  • Tous les BTC ont été minés et seuls les frais prélevés par Bitcoin rémunèrent les mineurs (soit 6% des revenus totaux)
  • Le coût de production d’un BTC dépend uniquement de l’électricité
  • On se basera sur une étude de Coingecko pour déterminer le coût de production d’un BTC, qui a recensé les 10 pays avec les coûts d’électricité les plus faibles :
NL73CdP

La bonne nouvelle, c’est que même en ajustant le prix de l’électricité pour miner un BTC, il reste toujours inférieur au prix du marché dans les 10 pays considérés comme les plus rentables pour le minage.

Doutes

En revanche, ce n'est pas avec ces estimations qu'on peut affirmer que Bitcoin est autosuffisant, et ce pour plusieurs raisons :

Premièrement, nous n’avons pris en compte que les coûts de l’électricité.Pour pouvoir miner du Bitcoin, il faut aussi prendre en compte le prix des machines de minage, l’infrastructure nécessaire pour les faire fonctionner et les coûts de maintenance. Cela rajoute des coûts non négligeables qui éliminent d’office plusieurs pays cités plus haut.

Deuxièmement, il faut aussi prendre en compte le hashrate, c’est-à-dire la totalité de la puissance de calcul qui sécurise Bitcoin. Plus le hashrate est élevé, plus les revenus potentiels diminuent, et certaines entreprises de minage font exprès de monter le hashrate pour forcer les mineurs les moins rentables à débrancher leurs machines.


Enfin, il y a un vrai manque de transparence sur la rentabilité des mineurs.Certaines entreprises de minage étant cotées en bourse, elles sont incitées à donner des statistiques qui les arrangent, jusqu’à ce que la réalité les rattrape. Ce fut le cas pour la société Core Scientific qui s’est déclarée en faillite en 2022 après une hausse du prix de l’énergie et une baisse du prix de BTC. Sans compter que les mineurs peuvent eux-mêmes prendre des risques en faisant des emprunts pour miner plus.

Espoirs

Malgré tout cela, il y a aussi plusieurs espoirs pour assurer l’autosuffisance de Bitcoin :

En plus des pays mentionnés dans l’étude Coingecko, il existe des endroits à travers le monde qui produisent de l’énergie qui ne peut pas être distribuée ailleurs. Ce sont vers ces endroits que les mineurs de Bitcoin se dirigent, puisque le coût d’électricité y est très faible et ce sont des sources d’énergie neutres politiquement.

En parallèle, les frais prélevés par le réseau n’ont jamais été aussi élevés qu’aujourd’hui. Ce sont les innovations telles que les Ordinals qui ont permis d’attirer des utilisateurs sur Bitcoin, et on peut espérer d’autres innovations à l’avenir. Ces innovations peuvent être des nouvelles fonctionnalités pour attirer d’autres utilisateurs, ou encore des solutions de scalabilité pour faire adopter Bitcoin aux personnes qui trouvent les frais de réseau prohibitifs.


Quoi qu’il en soit, cette décennie sera décisive pour le réseau Bitcoin, et cela coïncide assez bien avec les prévisions que Satoshi Nakamoto avait lui-même fait en 2010.

S'inscrire à la newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine les derniers articles du blog.

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
// Step 4 continued: This snippet installs Google Tag Manager
Blog

Voir d'autres articles qui peuvent également vous intéresser

Restez informé de l'actualité blockchain

Ressource
4 min de lecture

Trouver des idées pour son projet blockchain

Cet article aide les étudiants d'Alyra à trouver des idées de projets blockchain en résolvant des problèmes personnels, participant à des hackathons, et s'inspirant de projets existants.
Ressource
4 min de lecture

Les types de modèles d'IA

Cet article explique que l'IA ne se limite pas aux Large Language Models (LLM) comme ChatGPT, en présentant également les modèles personnalisés (PLM) et les State Space Models (SSM).
Ressource
5 min de lecture

Tour d'horizon des langages de smart contracts

Cet article explore les différents langages de programmation pour le développement de smart contracts dans l'écosystème blockchain, mettant en avant les avantages et inconvénients de chacun.